Cyber-sécurité : la France dans le peloton de tête d’un marché atypique

Cyber-sécurité : la France dans le peloton de tête d’un marché atypique

La France est devenue l’un des pays plus avancés au niveau mondial en cyber-sécurité. D’une part, parce que le numérique est au cœur de la chaîne de valeur de la plupart des entreprises et administrations et que les principaux atouts du modèle numérique – ouverture, rapidité, capacité de changement – sont autant de facteurs susceptibles de se transformer en vulnérabilités, alors que les cyber-menaces s’accroissent exponentiellement. Or, les entreprises et administrations ont bien compris les enjeux de compétitivité et de souveraineté liés à ces menaces et la nécessité de s’en prémunir. D’autre part, les pouvoirs publics ont poussé, de façon pro-active, avec des réglementations de plus en plus strictes, les entreprises et administrations françaises à se muscler en matière de cyber-sécurité. Bien sûr tout n’est pas parfait, en particulier au niveau de la sécurisation des PME, mais la France n’a pas à rougir face aux autres pays développés.

Cette avance du marché français en cyber-sécurité est aussi sensible dans la structuration atypique de ce marché. La cyber-sécurité, c’est un marché à la fois :

  • très mature, avec des solutions présentes depuis que l’informatique existe et des offres totalement banalisées ;
  • très innovant, à la pointe du progrès et agile du fait de son rôle dans l’activité des entreprises, leurs résultats voire leur survie ;
  • lourdement handicapé par le manque de ressources humaines adéquates.

Ces tendances se traduisent fortement dans les tout derniers chiffres SITSI de teknowlogy sur le marché sur la cyber-sécurité en France en 2018 et pour 2019 avec une croissance très forte du logiciel (près de 10%) et des services (13%), en particulier de l’infogérance (plus de 14%).
 
Les entreprises investissent fortement dans des logiciels pour protéger leurs tâches les plus standards, en particulier face à des prestations de services qui restent chères du fait de la raréfaction des talents. En outre, les solutions logicielles sont aujourd’hui plus intelligentes, plus adaptables et démultiplient les capacités de ces précieuses ressources humaines (cf. notre billet sur le nouveau paradigme de la cyber-sécurité). Simultanément, pour des raisons assez similaires mais surtout comme les solutions logicielles ne peuvent pas tout faire et s’adapter à tous les contextes, les offres d’infogérance ou de services managés ont le vent en poupe. C’est une tendance qui se poursuivra dans les années qui viennent avec une croissance qui restera largement au-dessus des 10% dans les 5 ans à venir.