Les banques françaises continuent à investir pour accélérer leur transformation

Les banques françaises continuent à investir pour accélérer leur transformation

Les banques françaises ont affiché de solides performances financières à la sortie de la crise de Covid-19. Les cinq plus grands établissements (BPCE, BNP, SG, Crédit Agricole, Crédit Mutuel) ont vu leur résultat net cumulé plus que doubler en 2021. Une bonne performance qui s'est poursuivie au premier semestre 2022. Afin de faire face à ce nouveau cycle de croissance, de nombreuses grandes banques ont récemment présenté un nouveau plan stratégique 2025. C'est le cas de BNP Paribas, du Crédit Agricole et du Crédit Mutuel Alliance Fédérale.

En effet, les solides performances financières récentes ne doivent pas occulter les défis structurels du secteur. La digitalisation de la banque est loin d'être terminée comme en témoigne un réseau d'agences bancaires qui reste parmi les plus denses d'Europe (une agence pour 2 086 habitants contre 2 888 dans la zone euro). Ceci concerne à la fois les processus back-end et front-office afin d’en améliorer l’efficacité et réduire les coûts. Des sujets tels que l'automatisation, l’utilisation de la data, l’expérience utilisateur (CX), la transformation du lieu de travail et le passage au cloud sont tous des sujets au cœur des projets de transformation actuels.

La crise COVID-19 a aussi mené à une accélération des changements de comportements des utilisateurs avec la démocratisation de la banque en ligne et l’explosion des modes de paiements sans contact. La réglementation PSD2 et l'adoption de l'open banking qui oblige les banques à une plus grande interopérabilité avec les prestataires de services tiers, a aussi permis l’émergences de Fintechs offrant des services innovants. Pour réagir, les banques traditionnelles accélèrent leur transformation numérique, multiplient les partenariats avec les nouveaux entrants, et créé leurs propres banques en ligne (Société Générale possède Boursorama bank, Crédit Agricole a créé Eko…). Même si ces dernières ne génèrent pas encore de bénéfices significatifs, elles permettent aux banques de se détacher de leur image traditionnelle et les placent sur un pied d'égalité avec les nouveaux acteurs numériques.

Face à de tels défis, de nombreux chantiers de modernisation et de transformation des parcs informatiques ont donc lieu au sein des banques françaises. Le plus grand projet actuel demeure la fusion entre les réseaux informatiques de la Société Générale et du Crédit du Nord. Annoncée fin 2020, la fusion sera effective, sur un plan opérationnel, le 15 mai 2023 avec, pour enjeu, la gestion de l'ensemble des deux réseaux sur une seule et même infrastructure. Dans la même veine, en avril 2022, BPCE a créé une nouvelle société, BPCE Solutions Informatiques, regroupant les équipes de développement informatique des réseaux Banque Populaire et Caisse d'Epargne. Avec 2 600 salariés, cette nouvelle entité concevra des logiciels et des applications dédiés au réseau BPCE. Des solutions ont déjà été développées conjointement, comme les applications mobiles de la Banque Populaire et de la Caisse d'Epargne, dont les fonctions et l'ergonomie sont identiques, seules les couleurs et les polices de caractères changeant.

Au final, la bonne santé financière des banques, combiné aux nombreux enjeux stratégiques auxquels elles font face, les mène à investir massivement dans la modernisation de leurs systèmes IT. Nous le constatons dans les chiffres de marché. Ainsi, en 2021, le marché des services numériques pour le secteur bancaire a affiché une solide croissance (+4,6% selon PAC), une performance qui devrait se poursuivre en 2022 (+4,1% attendu).

 

Pour plus de détails et aller plus loin (accès abonnés) :