Les TJM encore en croissance en 2020 sur les profils applicatifs !

Les TJM encore en croissance en 2020 sur les profils applicatifs !

Bonne nouvelle pour les ESN : les TJM devraient encore croître cette année en ce qui concerne les profils applicatifs. La hausse constatée en 2017 et en 2018 s’est en effet confirmée en 2019 et devrait se prolonger en 2020, même si la croissance devrait ralentir. D’autre part, cette tendance haussière touche l’ensemble des profils.

Les plus fortes hausses pour 2020 concerneront les profils de transformation et d’intégration d’applications vers / sur le cloud avec +3,3% en 2020, après +3,9% en 2019. De l’autre côté, ce sont les profils de maintenance applicative qui ont les TJM les moins dynamiques (quoiqu’en croissance) avec +2% en 2019 et +1,6% en 2020.

Une des principales explications de la croissance des TJM est le manque de ressources IT qualifiées sur le marché́ français pour faire face à la demande des entreprises utilisatrices. L’autre cause est que les entreprises ont compris que les projets technologiques étaient un levier de transformation et d’innovation pour les aider à rester compétitives et se développer sur leur marché. C’est pourquoi elles sollicitent certaines expertises, en particulier pour réaliser leurs projets. Enfin, comme le marché et les besoins évoluent de plus en plus vite, le besoin sur les nouveaux sujets (agile, AI, datascience…) explose et cela engendre une pénurie en ressources qualifiées. La réforme de l’apprentissage, votée par le gouvernement à l’été 2018 et entrée en application en janvier 2020, permet maintenant aux ESN de pouvoir ouvrir des CFA (Centres de formation d’apprentis) afin de former les étudiants sur les compétences les plus demandées et ainsi essayer de réduire la pénurie.

La capacité à appréhender les processus applicatifs d’entreprise et l’architecture de données devient cruciale. Les processus d’entreprise sont en effet repensés pour répondre prioritairement aux besoins d’une meilleure gestion et exploitation des données (data-centric ou data-driven process) et évoluer vers une logique de plateforme. Plusieurs tendances se dégagent :

  • L’intégration de données hétérogènes et massives implique de revoir l’architecture et l’infrastructure sur lesquelles reposent les systèmes d’entreprise.
  • Les flux de données en temps réel sont de plus en plus pris en compte dans les applications d’entreprise pour améliorer l’efficacité des rapports.
  • Les modules de BI intégrés se généralisent pour intégrer ces données dans des tableaux de bord métier et gagner en visibilité.

L’autre fait majeur est la forte demande des clients pour effectuer les projets en mode agile et DevOps. Il est toujours difficile d’estimer la part de projets en agile face aux projets en cycle en V classiques car, dans les faits, les projets en agile ne le sont pas toujours vraiment. Nous estimons tout de même qu’aujourd’hui environ 20-30% des projets sont en agile. Mais il y a par contre une vraie tendance vers ces méthodes avec plus de 65-70% des nouveaux projets engagés en mode agile.