Réussir ou mourir : les Utilities se transforment et digitalisent coûte que coûte

Réussir ou mourir : les Utilities se transforment et digitalisent coûte que coûte

La multiplication de cyberattaques, les exigences du green deal, la concurrence grandissante sur le marché ne sont que quelques défis auxquels doivent répondre les utilities dans les prochaines années. Les technologies émergentes semblent pouvoir apporter des solutions viables si le secteur arrive à s’emparer de leur fort potentiel. Les entreprises du secteur, comme EDF, ENGIE, TotalEnergie, Veolia, Suez, ont désormais bien compris les enjeux et entamé les démarches nécessaires. La réussite de cette entreprise n’a toutefois rien d’évident. Historiquement proches du secteur public, les gros acteurs doivent subir une vraie métamorphose à la fois au niveau technologique ainsi qu’au niveau organisationnel pour maintenir leur positionnement sur le marché. De plus, elles se trouvent dans la position délicate devant naviguer entre les exigences régaliennes et les impératifs du marché.

En général, les utilities ont été plutôt résilientes face à la crise Covid-19, malgré la baisse de la demande d'électricité et la nécessité de faire preuve de souplesse dans les paiements pour soutenir les communautés touchées. La majorité de leurs projets informatiques lancés avant la pandémie n'ont pas été affectés, par exemple, ceux liés à la data, au cloud et à l’expérience client. Néanmoins, les économies budgétaires risquent d'entraver les projets qui avaient été planifiés mais pas lancés avant l'apparition de la pandémie.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui les utilities ne peuvent pas se permettre de ralentir leur transformation, sous peine de perdre leur compétitivité sur le marché désormais dérégularisé. Les investissements prioritaires concernent :

  • Le développement des nouveaux modèles économiques tels que « Energy-as-a-Service » et d’une expérience client à 360° grâce à l’analyse avancée des données et aux nouveaux canaux de communication interactifs. Ces digitalisation et diversification stratégiques devraient permettre de fidéliser les clients en leur offrant la meilleure combinaison du prix et des services à valeur ajoutée, tout en générant de nouveaux revenus pour compenser la baisse des coûts de l'électricité.
  • La rationalisation des opérations et des processus. La transformation et la modernisation des infrastructures existantes (production, réseaux, distribution) sont indispensables pour obtenir un avantage concurrentiel et rationaliser le flux d'informations au sein des entreprises. Il en va de même pour les processus internes du back-office. Les opérateurs historiques doivent tirer le meilleur de l'orchestration en temps réel et de l’analytique avancé pour assurer une gestion multidirectionnelle de ressources sur l'ensemble de la chaîne de valeur.
  • Le développement de technologies innovantes (IA, RPA, VR/AR, drones, etc.) pour moderniser et optimiser toute la chaine d’approvisionnement afin d’améliorer les performances de l'entreprise. De nombreux projets innovants en sont encore au stade de PoC, tandis que d’autres sont déjà déployés à plus grande échelle (digital twins, IA, etc.). La plupart de ce type des projets sont menés en étroite collaboration avec un écosystème de partenaires (hyperscalers, ESN, start-ups…). Certains acteurs ont par ailleurs mis en place des centres d’excellences collaboratifs dédiés au développement des cas d’usages et de leur mise à l’échelle.
  • La conformité, la cybersécurité et la confiance. Comme opérateurs d'importance vitale (OIV), les utilities ne peuvent pas négliger les enjeux de la cybersécurité, surtout avec l’avènement du cloud, des IoT, des digital twins et de la 5G (même si celle-ci n’en est qu’à ses débuts). Il s’agit de mettre en œuvre les mesures de protection holistiques, conformes aux exigences de l’ANSSI. Toutefois, vu la croissante complexité des SI, de nombreux acteurs ont eu ou sont susceptibles d’avoir recours à des services managés ou à un SOC externalisé. La gouvernance des données et la conformité aux exigences du RGPD font aussi l’objet d’une forte préoccupation. Les risques encourus ne sont pas seulement financiers, mais aussi relatifs à l’image publique de l’acteur de confiance dont ces entreprises jouissent historiquement auprès de leur clients et partenaires.

La transformation numérique doit donc être un tremplin pour les utilities afin de se réinventer pour répondre aux enjeux actuels et futurs. Toutefois, les enjeux sont trop nombreux et divers pour pouvoir les relever seul, ce qui crée un environnement propice à l’émergence de nombreux partenariats. De nombreux projets de transformation sont en cours ou déjà achevés dans l'ensemble des organisations, même si elles sont à la traîne par rapport aux secteurs de la banque, de l'assurance et de la distribution en termes de maturité sur la transformation numérique.

En bref, les utilities tablent sur la transformation digitale, avec un but ambitieux de devenir « data-driven » pour pouvoir être compétitives sur un marché en pleine évolution. Ce pari est ambitieux, vu que de nombreux silos organisationnels et structurels empêchent encore la diffusion et le partage des flux de données et de connaissances nécessaires pour y parvenir. Dans ce contexte, PAC voit un potentiel particulièrement important pour les contrats couvrant le big data, les projets numériques liés à l’usine 4.0 et la gestion de la sécurité.

 

Cliquez pour accéder au rapport "Utilities - InSight Analysis - France" [accès client]